SUIVEZ NOS ACTIONS
Inscrivez-vous sur la liste de distribution Native Planet pour recevoir des informations sur les peuples indigènes et vous tenir au courant des actualités les concernant !

POUR FAIRE LA DIFFÉRENCE
Chaque don permet de soutenir notre cause et d'élargir notre champ d'action. (Faites ici un don avec Paypal)

BENEVOLAT
Donnez de votre temps, votre enthousiasme et vos connaissances et faites la différence pour notre planète.


Les Mentawai: marcher pieds nus dans la jungle de Siberut

La jungle de Siberut change du tout au tout pendant la saison des pluies et devient un immense marécage. Pour se déplacer, le plus facile est de suivre les ruisseaux en crue: le problème est qu'ils ne mènent pas partout. Les Mentawai ont donc créé un réseau de "chemins" sur plusieurs kilomètres tout autour de leur village. Pour faciliter l'avancée et pour éviter de marcher en s'enfonçant dans de profondes boues, ils ont mis en place sous l'eau, dans la boue, des rondins de bois de toutes tailles. Même quand ces rondins restent en surface et sont donc plus faciles à voir, il n'est pas toujours évident de marcher dessus.

Les pires sont ceux en bambou: ils sont étroits et glissants. Toute personne n'étant pas née dans cette jungle fera sans doute comme moi: passer son temps à tomber et à essayer de remonter sur le rondin! A force de constamment lutter contre la boue qui monte à mi-cuisse, de faire attention à ne pas perdre ses chaussures à chaque pas, on est très rapidement extenué. Les enfants des tribus sont quant à eux très doués et sont stupéfaits de nous voir lutter pour rester debout. Ils adorent s'amuser dans la boue mais savent qu'il y a un moment pour chaque chose et là, trop c'est trop.

Il est encore plus difficile de marcher sur des rondins que vous ne voyez pas. C'est un vrai défi de tenir debout lorsque vous avez de la boue jusqu'aux chevilles et de l'eau jusqu'au genoux. Si vous avez la chance de ne pas glisser du premier rondin, vous raterez le suivant car avec vos chaussures, vous ne le sentez pas. Vous réaliserez rapidement que celles-ci ne sont pas du tout à la hauteur de la tâche.

Selon moi, tomber de l'un des troncs servant de pont terrestre est la chose la plus dangereuse sur l'île. bain rafraîchissant. En revanche, si vous glissez d'un tronc se trouvant au dessus d'une rivière asséchée jonchée de grosses pierres, vous pouvez vous casser une jambe: vous vous prenez à vous demander comment vous feriez alors pour sortir de cette jungle sur une seule jambe. Vous pouvez toujours utiliser un bâton vous permettant de garder l'équilibre mais ça ne sera pas suffisant pour suivre les Mentawai: après tout, les locaux ont fait leurs premiers pas sur des rondins! Afin d'éviter les inondations pendant la mousson, toutes les habitations sont sur pilotis (l'espace en dessous est réservé aux cochons) et donc la seule façon d'y accéder est de grimper le plan raide d'un rondin généralement glissant.

Après 6 semaines, mes chaussures de randonnée en Gore-Tex avaient commencé à pourrir et même si j'avais nettement amélioré mon sens de l'équilibre, j'étais fatigué de toujours trainer ces machins lourds et glissants - ça n'avait aucun sens. J'ai finalement compris que je devais marcher pieds nus sur les rondins couverts de boue : les pieds adhérent mieux aux rondins et il est plus facile de savoir où poser les pieds. J'étais donc prêt à marcher pieds nus.

Première journée pieds nus

Un jour, ma famille Mentawai a décidé d'aller cueillir des durian à quelques minutes de marche du village: c'était l'occasion idéale pour laisser mes chaussures à la maison. Je ne suis pas seulement parti sans chaussures: mes amis ont escamoté mon short et m'ont donné un kabit, un pagne fabriqué en écorce d'arbre. Chichement vêtu, je suivais un groupe de femmes, de vieux hommes et d'enfants dans la forêt tropicale.

Marcher sur des rondins mouillés était tout de suite devenu plus simple mais ils étaient encore glissants: je ressentais de nouvelles sensations. Descendre d'un rondin était devenu très étrange. A chaque pas, la boue s'immisçait entre mes orteils pour ensuite glisser et se répandre sur le dessus du pied. Les chatouillements furent vite remplacés par ce qui ressemblait à un massage des pieds aux huiles douces alors que je glissais de la berge de la rivière. Pour regrimper, j'essayais de m'agripper à la boue ou à de petites racines avec les doigts de pied. C'était une expérience très intéressante et extrêmement agréable.

Une fois dans la végétation, je faisais attention où je posais chacun de mes pas, ayant trop peur de poser le pied sur des branches épineuses de pandana ou sur des morceaux de coquilles épineuse de durian. La prudence était à l'ordre du jour, mais mes pieds étaient encore trop sensibles. Je ressentis une vive douleur, levai mon pied pour voir qu'une épine de presque huit centimètres s'était enfoncée dans ma chair. En me tenant à un arbre, je l'ai enlevée en gémissant de douleur. Cinq minutes plus tard, la vieille femme devant moi leva son pied pour enlever une épine similaire enfoncée à plus de deux centimètres dans son pied. En deux secondes, elle l'avait enlevée et se remit à marcher. Les chaussures n'avaient pas été efficaces mais les pieds nus des touristes n'étaient pas mieux. Je savais qu'il me faudrait du temps et que j'allais encore souffrir avant de marcher comme un Mentawai, mais je jetai mes chaussures et à partir de ce jour, je marchais pieds nus.

Page 1 de 2 | Page suivante »

  Charte de confidentialité
  © 2001-2006, Native Planet, une association à but non lucratif